Aller au contenu

Site d'Information de l’ASA de Ventavon St Tropez

Infos de l'ASA du Canal de Ventavon St Tropez
LOGO_VST_100x100.webp
« Gérer l’eau, c’est prévoir demain, prévoir demain, c’est protéger l’eau »

Le canal Saint-Tropez

Daniel THIERY. 2007

9. Acte d’association syndicale du 23 avril 1884 [18] .

Un nouveau règlement est rédigé ce jour 23 avril 1884. Il comprend 35 articles que nous ne pouvons retranscrire ici. Le premier concerne le but de l’association : l’association du canal d’arrosage de St-Tropez a pour objet d’assurer l’usage et l’entretien de canal destiné à arroser, au moyen des eaux dérivées de la rivière Sasse, une partie des terrains de la commune de Sisteron dans le département des Basses-Alpes. Le titre I régit le fonctionnement de la société syndicale. Le titre II a pour objet les travaux à exécuter au canal. Le titre III concerne les dépenses de l’association et fixe les cotisations des associés. Le titre IV établit les règles de comptabilité du receveur. Le titre V traite des compétences attribuées aux agents et gardes établis par le syndicat afin de faire respecter le règlement par les usagers. Ils sont assermentés et assimilés aux gardes champêtres. Le nouveau règlement est approuvé par le Préfet de Digne le 6 février 1885.

10. Réparations et entretien du canal

De nombreuses réparations sont effectuées au canal depuis sa création. Toutes ne sont pas consignées dans les archives. Ainsi le pont-aqueduc sur le ravin de la Damiane situé entre la prise d’eau et le moulin de Valernes qui porte la date de 1820. Un pont-aqueduc est construit sur le ravin du Pous sur la commune de Valernes par Jean-Baptiste Jourdan, entrepreneur à Sisteron, en 1880 pour la somme de 2 000 francs. Un devis estimatif du 31 décembre 1897 détaille tous les ouvrages d’art à reconstruire dont le devis de monte à 36 200 francs [19] .

Les ouvrages sont nommés à partir de la prise d’eau sur la commune de Châteaufort.
Reconstruction de :
1) la vanne de la prise d’eau
2) du ponceau-aqueduc sur le ravin de Châteaufort (2,60 m de large sur 14,80 m de long)
3) galerie souterraine au ravin du Fousseret (26,20 m de long)
4) vanne de décharge
5) pont-aqueduc du ravin de Clarèze (1,20 x 3,60)
6) pont-aqueduc du ravin de Laugier (2,20 x 3,30)
7) pont-aqueduc du ravin des Latils (2,00 x 3,20)
8) pont-aqueduc de Birène (3,70 x 6,50)
9) vanne de décharge de Birène
11) pont-aqueduc du ravin des Amayons (3,30 x 5,00)
12) pont-aqueduc sur la rase des avocats (2,00 x 3,05)
14) pont-aqueduc sur le ravin Eyriès Auguste (3,00 x 3,60)
15) vanne de décharge
17) pont-aqueduc de la Damiane ( 3,45 x 8,00)
18) pont-aqueduc du ravin de Marinjean (3,00 x 2,00)
19) vanne de décharge du pont Sourribe
20) ponceau Sourribes (2,00 x 8,60)
26) ponceau de Bagnolles (1,50 x 8,50)
29) ponceau Citte (1,50 x 3,20)
30) pont-aqueduc Sauvaire ( 2,00 x 3,10)
33) ponceau du chemin du Pous (1,50 x 6,00)
34) pont-aqueduc de Richaud ( 3,20 x 6,90)
38) pont du ravin de Burdin (1,50 x 10,00)
39) pont du ravin Bastide Noble (1,50 x 6,55)
42) vanne du pont-aqueduc du Tour du Parc
43) pont-aqueduc du ravin de Camus (2,60 x 3,20)
44) pont du chemin de Piocopin (2,00 x 7,10)
46) vanne Machemin
47) pont de Laidet
53) pont et vanne du premier canal secondaire
54. 55. 56. Vannes Maldonat, Rivas et Eysseric
57) vanne du deuxième canal secondaire
58) vanne du troisième canal secondaire
63) pont Turcan Remedy (1,50 x 4,15)
64. 66. 67. 69. 70. 72. Vannes Turcan, Cadet, Giraud, Roche, Pons, Truchet Bellot
68. pont Bane (1,50 x 9,00)
73. 74. 75. 76. 77. Chute de Sarrabouès
78) pont de Sarrabouès
83) mur de défense contre le ravin du Mardaric
84) idem
85) rejointoiement de maçonnerie du tunnel (0,60 d’ouverture sur 26,60 de long)
86) idem pour le canal de fuite Tamisier.

A revoir également :
1) pont-aqueduc de Rioufret (15,20 d’ouverture sur 3,50 de large)
2) pont-aqueduc de Riaou (15 m x 2,70)
3) pont-aqueduc des Alivons (11,90 x 2,90)
4) pont-aqueduc de Peipin Martel (une arche de 9,50 et deux de 4,00)
5) pont-aqueduc Bontoux (2,80 x 2,60)
6) pont-aqueduc de Pascal Roman (deux arches de 8,50, une de 5,50, sur 3,38 de large).

Réparations après la guerre - La Marseillaise du 16 avril 1948
Réparations après la guerre - La Marseillaise du 16 avril 1948
Plan du canal sur la commune de Sisteron fin XVIIIe siècle. Ce plan n'intègre pas le parcours sur la commune de Valernes On remarque que la route départementale D 951 n'existe pas. Les usagers empruntaient le "Chemin de Saint-Didier"
Plan du canal sur la commune de Sisteron fin XVIIIe siècle. Ce plan n'intègre pas le parcours sur la commune de Valernes On remarque que la route départementale D 951 n'existe pas. Les usagers empruntaient le "Chemin de Saint-Didier"
La digue actuelle, plan de 1952, avec le barrage souterrain, bouché depuis longtemps...
La digue actuelle, plan de 1952, avec le barrage souterrain, bouché depuis longtemps...

Après la deuxième guerre mondiale, il faudra tout reprendre. L’entreprise commence en 1943 grâce à une commission syndicale hardie qui a entrepris la restauration du canal. Elle a trouvé, dès le début, une aide précieuse auprès du Service de Génie Rural ; MM. Gendrin, ingénieur en chef, et Therminarias, ingénieur des travaux ruraux, ont apporté à cette oeuvre tout leur concours et leur dévouement. Un projet de réfection totale comprenant la construction d’un barrage souterrain en vue de capter la nappe sous-fluviale du Sasse, a été dressé par M. Therminarias. C’est au mois d’août 1947, que sous l’impulsion de M. Rolley, ingénieur en chef du génie rural, une première tranche de ces importants travaux a été donnée en adjudication ; à l’heure actuelle, ils sont en voie d’achèvement . Un plan du 16 juin 1952, dressé par M. Roux, indique la nouvelle prise d’eau à faire en dessous du ravin des Martins sur la commune de Châteaufort. Il indique également une longueur de 12 000 mètres pour le canal, avec un débit de 600 litres par seconde. La surface irriguée est de 548 hectares, 48 ares et 40 centiares. C’est le seul plan complet du trajet du canal que nous avons trouvé dans les archives .

Renvois-Notes:

[18]   AC Sisteron III O, article 3.

[19]  Ces deux devis aux AD AHP S 841. Les numéros manquants sont des ouvrages non cités car ne nécessitant pas de réparations. Nous avons reproduit le nom des lieux-dits tels qu’ils figurent dans le document.

Bibliographie de l’évêque de St Tropez

 Louis Jérôme de Suffren de Saint-Tropez, évêque de Sisteron de 1764 à 1789. Premier enfant de Paul Suffren-Saint-Tropez et de Marie-Antoinette de Bruny, né en 1722. Le 3e fils fut le célèbre bailli de Suffren, Pierre André, vice-amiral de France puis bailli de l’ordre de Malte. L’évêque de Sisteron devient ensuite évêque de Nevers de 1789 à 1796. Il se retire ensuite à Turin où il meurt le 21 juin 1796 (Laplane p. 369). L’histoire retient de cet évêque qu’il donna son nom à un canal d’irrigation qu’il fit construire à ses frais, ce qui est inexact, il en fut l’instigateur et un entremetteur habile entre la communauté de Sisteron et les Etats de Provence.

Archives Départementales AHP

 S 841.

Concerne les réparations effectuées au 19e et 20e siècle

1863 21 août : rapport de l’Ingénieur ordinaire sur l’autorisation d’acquérir les propriétés du Poux et de la Bastide Noble.

1948 : photo et article sur le canal.

2E 14000. Notaire Mieulle, de Sisteron.

– 1779 5 avril, f° 170 v°-176 r° : délibération des possédants biens au terroir de la Beaume.

– 1780 7 mai, f° 466 r°-468 r° : Prix fait du canal Saint-Tropez.

– 1780 15 mai, f° 477 r°-479 v° : Prix fait pour la construction de deux fours à chaux et Bail de la trézorerie de Canal St-Troppès.

Laplane. Histoire de Sisteron, T. II, p. 336-339.

Archives Municipales de Sisteron (Bibliothèque de Sisteron)

– Délibérations BB  191 et 192

– Dossier canal III O, articles 3 à 13.

RESUME

 1776 24 novembre : délibération sur le projet du canal (BB 191)

1777 1 avril : délibération du CM de construire un canal d’arrosage (BB 191)

1777 2 novembre : confirmation de la délibération du 1er avril (BB 191)

1777 15 décembre : délibération du CM avançant 15 000 livres

1778 5 janvier : transcription de l’homologation du parlement du 15 décembre 1777

1778 23 janvier : décret du parlement de la province autorisant la délibération du 5 avril 1779

1778 14 mai : autorisation par le seigneur de Châteaufort de prendre l’eau dans son terroir (BB 191)

1778 25 octobre : délibération et rédaction des articles de police

1779 5 avril : délibération des possédants biens : règlement de police, élection des syndics et conseillers

1780 7 mai : prix fait du canal

1780 15 mai : prix fait des fours à chaux et bail de la trésorerie

1781 9 août : procuration à M. de Bernard, premier consul, député à Aix pour affaire de la communauté pour exiger de la province ce qu’elle doit donner pour le canal (BB 192, f° 65 r°-66 v°)

1782 27 février : nouvelle procuration (BB 192, f° 183 r°-184 r°)

1884 23 avril : acte d’association (AC Sisteron, III O, art. 3)